La vie

La vie n’est pas un non-sens !! On se doit la comprendre, la vivre, en être soi-même. – Cet article n’aura pas la prétention de vous donner des leçons, mais vous permettre d’avancer…La vie est une maturité – Une responsabilité d’être soi-même.

Le bon sens

L’histoire du pain au chocolat est un non-sens et cela manque singulièrement de maturité. – Comment peut-on accuser et porter un jugement ? L’histoire d’un jeune musulman qui aurait arraché un pain au chocolat sous prétexte qu’il aurait faim (pendant la période du ramadan)…- Le non-sens : C’est la véracité du sujet – Quelle preuve pour un tel acte ? – Est-ce un sujet de communication ou une manière de stigmatiser une religion ? Aurions-nous eu la même histoire pendant le carême ou le Kippour ? – Le manque de maturité est justement l’annonceur. Comment peut-on être un homme soumis aux oreilles d’autrui et être ainsi ? Admettons que cela soit vrai, Fallait-il juger l’homme ou la religion pratiqué par lui ?

Je vous laisse à votre avis, il en est de votre conscience.

L’amour

chance1L’amour  est un chemin pour la croissance spirituelle. Et de plus, l’amour fonctionne comme un miroir. – Il est intensivement difficile de se connaître soi-même sans avoir regardé son visage dans les yeux de quelqu’un qui vous aime. – Tout comme vous devez regarder dans le miroir de l’amour pour voir votre visage spirituel. Ce sentiment, si beau soit-il, est un miroir spirituel, il vous nourrit, il vous intègre, il vous rend prêt pour le voyage intérieur…

L’amour n’est pas aussi précieux que la liberté. L’amour est une immense valeur, mais cette valeur n’est pas plus élevée que la liberté. – Vous voulez donc être aimant, mais vous ne voulez pas être emprisonné par l’amour. C’est pourquoi, qu’il vous faut éviter la frustration. – Vous essayez de posséder et, plus vous essayez de posséder de posséder, plus l’amour devient impossible et plus l’autre commence à s’éloigner de vous. Moins vous possédez, plus vous vous sentez proche de l’autre. – L’amour n’a rien à voir avec l’emprise de vouloir posséder l’autre. – L’effort de posséder une personne échoue inévitablement. Dans cette frustration, vous serez renvoyé à vous-même.

L’amour vous rend réel ; sinon vous restez juste un amusement, un mirage, un fantôme, un rêve sans substance. – L’amour vous donne une intégrité, l’amour vous centre…

Les dimensions de l’amour

L’amour peut avoir plusieurs dimensions. L’une est la dépendance, c’est ce qui arrive à la majorité des gens. Vous êtes dépendant d’elle/lui ; vous vous exploitez mutuellement, vous vous dominez mutuellement, vous vous possédez, vous vous réduisez mutuellement à des commodités.

L’autre dimension : C’est l’amour entre deux personnes indépendantes. Cela aussi n’est pas très fréquent. Cela entraîne également de la misère, car il y a un conflit constant. Aucun ajustement n’est possible ; les deux sont tellement indépendants, personne n’est prêt à faire un compromis, à s’ajuster à l’autre.

La relation semble superficielle ; Vous avez peur d’aller dans les profondeurs de la relation ; car vous semblez davantage tenir à votre liberté qu’à l’amour.

L’amour – besoin

Vous dépendez de l’autre : C’est un sentiment immature. En fait, ce n’est pas véritablement de l’amour – C’est un besoin. Vous utilisez l’autre, vous l’utilisez comme un moyen. Vous exploitez, vous manipulez, vous dominez. Ceci est un non-sens.diner à deux

L’homme/ la femme devient mature au moment où il se met à aimer plutôt qu’à avoir besoin. – Il se met à partager, il se met à offrir, à donner. Être en phase avec l’autre…

L’amour n’est pas une passion, l’amour n’est pas une émotion. Aimer, c’est réaliser très profondément que d’un certaine manière…Vous êtes vous.

La question

« Qu’arrive-t-il quand une fleur s’épanouit dans une forêt profonde sans personne pour l’apprécier, pour découvrir son parfum, sans personne pour passer à côté d’elle et dire « magnifique » sans personne pour goûter à sa beauté, à sa joie, pour partager- Qu’arrive-t-il à la fleur ? Meurt-elle ? Souffre-t-elle ? Panique-t-elle ?, … – Elle continue de fleurir… »

L’ignorance 

La maturité est la même chose que l’innocence, à une différence près, c’est que cette innocence a été retrouvée, recapture. – Un homme qui est capable d’amour découvrira tôt ou tard son propre être – Si vous découvrez votre être, vous deviendrez libre de toute structure, de tout schéma.

La maturité signifie regagner son innocence perdue, reconquérir son paradis, redevenir un être humble. – La maturité est une renaissance, une naissance spirituelle. –

La compréhension

Cette compréhension sera présente. Vous aurez appris quelque chose peut-être même à rire, vous prendrez peut-être même plaisir à voir comment les gens deviennent à ce point insensé. – Votre compréhension grandit à travers chaque expérience. – Devenir vieux, ce n’est pas devenir sage. Vous avez été un idiot dans votre jeunesse et vous avez juste vieilli, vous resterez un vieil idiot.

Un homme mûr ne meurt jamais. En fait, sur le roc de la maturité. – La vie peut être vécue de deux façons – Vous vivez inconsciemment, vous mourrez tout simplement !! (Pas drôle) – Vous vivez consciemment, vous serez de plus en plus en vie.

Le Mariage

Je vous suggère que le mariage n’ait lieu qu’après la lune de miel, jamais avant. Si tout va bien, à ce moment-là seulement le mariage peut avoir lieu. – Permettre à deux personnes de vivre ensemble suffisamment longtemps pour qu’elles se connaîsent, se familiariser l’une avec l’autre. Si l’amour se cache en vous, celui-ci le fait sortir. Si l’amour est un leurre, un mensonge en vous-même, alors tôt ou tard, il devra disparaître et votre réalité, la laideur de votre personnalité surgira.

Quand vous devenez attentif à tous ces problèmes et que pourtant vous décidez qu’il vaut la peine de prendre le risque d’être avec quelqu’un plutôt que d’être seul. – La conscience donne la liberté, la conscience vous donne la capacité de décider de votre vie…

Synthèse : Osho, Tao te King, le groupe IAM, Coach Tao

Yinyang

Yin et Yang

Vous vous centrez, vous recherchez l’équilibre de votre Yin et votre Yang, vous faîtes circuler le Qi… Sur votre axe, sur vos préoccupations, vous essayez d’établir une harmonie avec les éléments.

Vos éléments :

L’emportement

L’excès

La frustration du passé

La dépression

La peur

yin yang cremeLes emportements engendrent les excès. Votre contrôle sur un comportement excessif doit s’exercer en reconnaissant cette attitude dommageable pour votre bien-être. Le remède consiste à vous imposer un temps de réflexion avant de vous enflammer.

Être Soi, par Soi, en Soi, pour Soi… – Vous êtes responsable de votre vie

Les excès en tout genre génèrent la nostalgie des plaisirs éphémères. Votre contrôle sur vos besoins toujours plus pressants doit s’exercer en prenant le temps de savourer l’instant présent. Le remède est d’ignorer l’auto-conditionnement de votre ego.

Être dans le temps, vivre l’instant sans oublier qui vous êtes

La fracture du passé, la remémoration tournant à  l’obsession génèrent la dépression.

Avoir le contrôle de lui-même. – Le contrôle sur votre capacité à produire une surabondance de pensées se fera  en apprenant à vous méfier de cette part de vous-même, mauvaise conseillère.

Votre ego n’est pas celui que vous croyez !! : Le remède est de découvrir le côté léger dans lequel vous trouverez la part d’insouciance qui vous est nécessaire.

Les états dépressifs atteignent différents niveaux. Cet exercice convient aux phases débutantes d’un mal-être, lorsqu’il est encore temps de se prendre soi-même en charge. La frustration génère la peur  de rien, de tout, obstruant les portes de sortie.

Votre contrôle sur l’anxiété qui déjà vous étreint est de faire face à la situation et, surtout, de ne pas fuir. Le remède est de vous obliger à vous remuer, à tout bouger, à tout changer.

Un caractère timoré ou complexé, une grande timidité, empêche d’avancer et limite les chances de l’existence. La peur de l’inconnu, la peur de se retrouver face à l’autre. Vue sous cet angle, la peur donne tendance à agir d’une manière imprévisible, générant les emportements.

Votre contrôle sur l’inquiétude paralysante est la confiance en vous. Le remède est de vous concentrer sur votre but et non sur l’image que les autres semblent vous renvoyer.

« Ceux qui parlent ne savent pas; ceux qui savent ne parlent pas. » Lao-tseu.

« Soyez-vous même », voire même « ose être vous-même », bref « n’écoutez que vous même» : tels sont les mots d’ordre préférés de votre modernité, ressassés à l’envi par une suite infinie de slogans publicitaires pour qui être soi passe, à l’évidence, par l’achat de telle marque de chaussures ou la consommation de telle boisson gazeuse.

Être soi-même vous est donc présenté comme un impératif au sens propre, c’est-à-dire une injonction morale, un devoir et pour tout dire le premier de tous vos devoirs : ne vous souciez pas du qu’en-dira-t-on, ne vous laissez pas déterminer par la pression sociale, les normes, les règles, les habitudes; affirmez votre propre personnalité à la face du monde.yeux yin yang

L’hypocrisie est le premier de tous les vices, la sincérité la plus grande des vertus : soyez-vous même et acceptez l’autre tel qu’il est. Si tous se conformaient à cette double exigence, l’humanité serait enfin en paix et surtout satisfaite d’elle-même, ce qui est manifestement la clef du bonheur, si tant est que le remords, la honte et la mauvaise conscience ne se sont jamais signifiés comme les meilleurs moyens pour l’homme d’être heureux.

Soyez-vous même, le conseil serait fort bon, s’il n’était à y bien regarder quelque peu paradoxal : car enfin, quel sens y aurait-il à devoir être vous-même, précisément ?

Ce que vous êtes, vous l’êtes, en sorte que vous n’êtes pas à l’être: on ne peut vous commandez d’être que ce qu’à présent vous n’êtes pas, comme on ne saurait sans absurdité ordonner de se taire à celui qui fait déjà silence.

Sans doute alors faut-il en conclure qu’être soi-même ne peut avoir de valeur impérative que si celui que vous êtes maintenant n’est justement pas vous-même, en sorte que la question se divise : ce « vous » qu’à présent vous n’êtes pas, est-ce simplement parce que vous n’osez pas l’affirmer dans toute sa particularité, ou parce que vous ne l’êtes pas encore ?

« Le bonheur naît du malheur, le malheur est caché au sein du bonheur » Tao

Signification du Yin

Le Yin symbolise l’obscurité et tout ce qui est voilé. Il est concave et c’est lui qui accueille la vie. Il se caractérise par l’obscurité et le froid et représente le pouvoir de fertilité et productivité, la raison pour laquelle il symbolise la féminité.

La personnalité Yin

Les gens qui sont plus Yin que Yang sont les personnes réservées, timides et calmes. En général, c’est le type qui ne préfère pas se mettre en avant, qui n’a pas de tendances vers le changement et qui aime la vie et la chaleur familiale.

Signification du yang

Le Yang est le contradictoire du Yin, mais en même temps, c’est le côté qui lui rend complète. Le Yang signifie la luminosité, la rapidité et le côté dur qui manifeste la force accumulée et c’est celui qui est en activité constante, c’est pour cela que le Yang symbolise la masculinité.

La personnalité Yang

Une personne Yang est souvent plus ouverte, nerveuse et qui aime attirer l’attention et être toujours en avant. Parmi les caractéristiques de la personnalité Yang, on trouve l’amour de l’aventure, de défis et la chose la plus détestée c’est la routine. Le foyer est l’endroit de détente après la fatigue d’une longue journée. (Source Internet)

Harmonisez-vous et soyez humble, arpentez votre chemin et savourer chaque instant.

Le mirage

La fidélité et l’infidélité : Le mirage d’une relation

Il me semble utile de préciser un peu en quoi consiste la fidélité. Quand vous promettez d’être fidèles, à quoi voulez-vous vraiment vous engagez ? – Souhaitez-vous réellement le faire ?

La question de la fidélité est sur la base de votre relation et de la raison de celle-ci.  Chaque couple doit trouver sa propre réponse à cette question. Si l’engagement réel n’est pas explicite, on peut supposer sans crainte de se tromper que la compréhension des deux individus n’est pas identique.

infideliteLa compréhension dans un couple est primordial, car sinon elle promet une dissension. Ecouter et entendre est la seule recette utile pour arriver à une osmose.

Par conséquent, il est certain que son application sera différente d’un partenaire à l’autre et deviendra, tôt ou tard, la source d’un grave malentendu ou d’un conflit. La plupart du temps, les serments de fidélité s’appliquent principalement à la dimension sexuelle des relations interpersonnelles, mais ils débordent en même temps sur la fidélité “relationnelle”.

Un baiser volé ou plusieurs seraient une infidélité, si vous le faites à une personne autre que votre compagnon ou compagne ? – La philosophie n’est pas au point à ce sujet et pourtant, il y a bien égarement et un besoin de vivre un autre moment. Ce moment est parfois la conséquence d’un mal être…

Et au-delà de ces zones d’application concrète, la fidélité concerne avant tout un contrat de confiance entre les partenaires. Il s’agit du respect de la promesse qu’ils se font en s’engageant l’un envers l’autre.

Mirage :

Les serments de fidélité portent sur la relation elle-même. Il s’agit même de la dimension la plus importante de cet engagement car c’est surtout la solidité de la relation que les conjoints espèrent garantir par leur promesse.

Peut-on garantir la promesse d’être fidèle ? – Peut-on savoir qu’une illusion peut tout chambouler ? Le besoin de se sentir aimé, l’envie de braver l’interdit, l’envie de se sentir envahir par une émotion, le besoin de souffler … (Vous avez remarqué la posture des mots « envie et besoin »)

La relation sexuelle :

Ne croyez pas que votre corps n’a pas de besoin, ni d’envie, n’en croyez rien. C’est une partie de vos pensées qui les parasitent car pensant vous protéger.

S’ils avaient la garantie réelle de ne pas perdre l’amour de leur conjoint, les partenaires pourraient souvent accepter que des relations sexuelles avec quelqu’un d’autre viennent ajouter de la variété à la vie de leur partenaire et de leur couple, au même titre que des sorties “entre filles” ou “entre gars”.

Quelle que soit la façon dont les deux dimensions précédentes s’appliquent, c’est le respect de la promesse réelle qui importe le plus. En effet, le lien de confiance entre les conjoints dépend directement de cette dimension…

Le sentiment d’être trahi ou trompé et toutes les conséquences désastreuses qui en découlent viennent du fait que les limites sur lesquelles on croyait pouvoir compté n’ont pas été respectées. Dans la plupart des cas d’infidélité, cette trahison est au centre du drame qui en résulte.

La trahison : Est une réelle frustration, un sentiment d’abandon, une blessure dont on ne sait pas comment refermer… Ce sentiment est le reflet d’une vie où la compréhension n’a plus de sens…

Et la plupart du temps, le caractère implicite de la promesse de fidélité entre les conjoints fournissait un terrain propice aux malentendus et aux dérapages. Si la limite est floue, elle est plus facilement transgressée par une personne que ses désirs intenses (ou le manque de vitalité et sensualité du couple) invitent à l’infidélité.

La séduction perpétuelle : Comment ne pas en arriver là ? Cruelle question ou ambition démesurée ? La réalité est bien plus perfide, bien plus différente. Séduire à tout instant permet de garantir la longévité du couple. Il y en a d’autre qui garantisse la longévité : « la peur,  l’habitude, les non-dits,…)karine ska 7

Séduire à chaque instant le moment présent, séduire l’engagement du début, la relation se construit avec des scénarios. La créativité est le seul lien qui permet de sauver les bases de celle-ci.

L’union :

Le mariage impose l’engagement de fidélité. Partant de ce principe, la fidélité intègre la sphère du droit et s’inscrit alors dans le champ du contrat et de l’obligation. L’infidélité peut conduire à une condamnation, notamment lors des procédures de divorce. – Garant des règles, vous devez saisir les moindres éloignements et en comprendre le sens – Cessez de se mentir et affronter les réalités. Parfois, les années passent et vous sentez que la libido devient absente et que faites-vous pour lui redonner vie ?

Etre fidèle sera-t-il une preuve d’amour ? Il est bien difficile de répondre à cela aussi abruptement. Ce sera en tout cas une preuve que l’on tient les engagements que l’on a pris : Est-ce cela l’amour ? Pour autant ou une absence de courage ? C’est sans doute à chacun de vous d’y répondre.
L’infidélité fait souvent souffrir l’autre. Ne pas faire souffrir celui avec qui l’on partage ses jours et ses nuits, est-ce aussi cela l’amour ? Partager une vie, des émotions, des objectifs, des rêves, des enfants, des audaces, des fantasmes, …

Le sujet est vaste et si vous le souhaitez, vous pouvez venir m’en parler… Je n’ai pas la science infuse mais je peux vous accompagner.

 

L’homme

mes filles et 40 ans de Christel 018L’homme est-il un gentleman ?

Comment peut-on « Aimer » un homme ? Certaines femmes se posent cette question ? Ne faudrait-il pas se demander : Comment le comprendre ? – Entre hommes et femmes, plus rien n’est simple. Elles disent « lâcheté », « peur de l’engagement ». Ils répondent « frustration », « prise de pouvoir », « complexité ». Ils ne se comprennent plus, mais s’écoutent-ils vraiment ?

Le comprendre :

Un homme compris est un homme conquis. – Les hommes n’aiment pas avouer qu’ils ont besoin d’être compris, évidemment ce n’est pas assez « viril » comme sentiment. Mais soyez attentives, soyez patientes et vous verrez. Un homme a besoin de parler de son travail surtout quand ça ne va pas au bureau c’est un moyen pour lui de gérer les conflits.

Le miroir de lui-même :

Prenons un homme et une femme. Ils s’aiment. Mais qui aime qui ? L’homme aime la femme parce qu’elle lui renvoie une image de lui qu’il aime. Ce n’est pas l’autre que l’on aime mais soi au travers de l’autre. Egoïste ? Non ! Réciproquement la femme aimera l’autre en fonction de cette image qui lui plait à recevoir de l’homme. – S’écouter soi, ses envies par rapport à l’autre, se faire plaisir au travers de l’autre. A trop «se mettre à la place de l’autre», à chercher à comprendre comment va réagir l’autre, on en oublie le principal : soi. Soi et sa propre existence peuplée de désirs de l’autre. – Vous devez être vous-même…

L’homme blessé :

L’homme a plusieurs visages … – Il peut être distant, timide, romantique, curieux, beau parleur, … – L’homme a besoin de savoir ce qu’il est surtout quand il fût blessé. – Bien souvent, après une rupture douloureuse, un individu qui était prêt à tous les engagements (mariage, enfant, maison…) peut être transformé et n’aura alors plus aucune conviction sinon celle de ne plus vouloir rien construire.
Il faudra alors du temps pour que peut être un jour, cette confiance et ces envies réapparaissent.

La peur de l’engagement :clefs

L’homme célibataire a besoin de garder sa liberté.- Ce qui peut être troublant pour la femme et difficile à comprendre, c’est ce qu’elle a ressenti qui était bien réel voir même que l’autre avait aussi des sentiments mais l’angoisse de perdre sa liberté a été plus forte.

Plus ils sentent votre amour, des marques de tendresse (par exemple lui prendre la main en public), plus ils se sentent pris au piège et ne pensent qu’à couper court, même si au fond ils ont des sentiments naissants.

En fait, ce type d’hommes aimeraient bien s’engager mais finalement ils ont trop peur et s’arrangent pour tout saboter par exemple devenir odieux et se faire plaquer ou carrément disparaitre alors que tout allait bien.

Comment aimer un homme ?

Séduire un homme est facile, cependant il y a vraiment ou l’amour ne suffit pas. Les hommes aimant peut être tout un défi, bien sûr, parfois vous ne pouvez pas l’air de savoir ce qu’il faut faire. – Pour certaines femmes, tromper son mari ou son conjoint représente une passade ludique voire anodine.

Pour d’autres, c’est un dilemme, presqu’une torture et elles songent réellement à franchir le pas de l’interdit en risquant de rompre l’équilibre de leur vie de couple. Devenir une femme infidèle, la maîtresse d’un homme célibataire ou marié a de quoi éprouver le socle de votre vie conjugale.

L’homme  face à la Jalousie :

Possessives, soupçonneuses, inquisitrices, obsessionnelles… Les personnes jalouses font parfois vivre à leurs compagnons un véritable enfer, dont il est heureusement possible de sortir. – Ce genre de femmes vivent surtout un manque de confiance en elles, être ainsi n’est pas la solution. L’homme n’aime pas être surveillé. Si un homme est jaloux et possessif, c’est une relation souvent liée à son enfance, « souvent » car il peut aussi être craintif et ne pas savoir comment être simple et confiant en celle qu’il aime.

En couple :

C’est l’excuse la plus souvent avancée : l’homme se distraie d’un couple en crise, de difficultés avec sa partenaire en s’intéressant à d’autres femmes. S’il doute de l’amour qu’il lui porte, il essaiera parfois de « tester » la solidité de ses sentiments dans les bras d’une autre. Si à l’inverse, il ne se sent pas aimé, il peut tenter de faire valider son pouvoir de séduction par une autre.

L’infidélité :

Un homme peut vivre heureux en couple et amoureux mais devenir infidèle. Dans ce cas, c’est davantage par besoin de faire valider auprès des femmes son pouvoir de séduction et sa capacité à leur donner du plaisir. Cet homme-là a besoin de sentir qu’il plaît toujours autant et qu’il peut séduire quelqu’un d’autre que sa compagne… Faut-il pour autant de le juger ?

On parle souvent d’ « infidélité masculine », mais on devrait plutôt parler d’ « infidélités ». Car les raisons qui ont pu motiver l’infidélité d’un homme sont presque aussi nombreuses et variées que les hommes qui s’y laissent prendre. Une aventure d’un soir avec une inconnue n’est pas, pour un homme, du même acabit qu’une relation suivie avec une maîtresse pendant des dizaines d’années…

Le Tao dit que : L’homme se doit être SIMPLE, LUI-MEME, CONFIANT, et à l’écoute de lui-même. Il doit être en harmonie, il doit être aussi souple qu’une herbe et aussi dur qu’un rocher pour protéger celle qu’il aime.

l’âme soeur

L’âme sœur …

Parfois, on se met à la rechercher, parfois on croit vivre avec, parfois on se murmure qu’il/elle n’excite pas… – L’âme sœur ? Pur fiction, simple reflet … Comment répondre à cette question ?aurore 3

Répondez d’abord à cette question : Pourquoi le recherchez-vous ? Pour ne pas vivre seul (e), pour faire comme les autres, pour être heureux (se). – Êtes-vous dans le bonheur absolu ? Aie !! Je vous embête …

Eros, dieu de l’amour à envoyer Cupidon, pour vous décocher sa flèche ? A moins que vous ne soyez encore à la recherche de l’âme sœur ou en couple depuis quelque temps déjà ? Dans tous les cas, l’amour est au cœur de vos préoccupations…

La séduction est certes intéressante et nécessaire, cependant le but conscient ou inconscient est très souvent de trouver la personne qui vous aimera vraiment pour ce que vous êtes.

A vos cartes !! :

Pour trouver l’âme sœur, vous avez des sites de rencontres – Profils honnêtes ou simple mensonge, vous avez les sorties à apéro – Faut-il encore que la musique ne soit pas trop forte, vous avez la plage – simple gentlemen ou pur mort de faim, …

Cherchez l’amour pour pouvoir dire aux autres : J’ai trouvé !! Être un instant, un sourire. – L’amour n’a aucun sens que celui que vous lui donnez, allez creuser au fond de vous-même.

Etablissez un bilan de vous-même :

Inutile de se voiler la face, vous êtes loin des clichés : Mon prince charmant, ma princesse. Pour trouver l’amour, il va falloir se mettre un bon coup de fouet.

–        Bilan de sa vie passé – Capitale de savoir et de comprendre son cheminement

–        Se rencontrer – Savoir s’accorder du temps

–        Savoir ce qu’on cherche exactement – Relation sans lendemain ou relation durable

–        Rencontrer l’autre – Être à son écoute en reformulant (sans faire d’empathie)

–        Phase séduction pour Soi, par soi, en Soi

–        …

Prendre sa vie en main n’est pas chose simple, c’est pour cela, que je propose un suivi même à distance avec des modules adaptés. Créer un nouvel équilibre, suivre ses envies et ses besoins, mettre en harmonie sa vie au travail, amis, sorties, passions, sexualité et amour.

Être ouvert à soi-même :

Il est important de ne pas s’écouter et de s’entendre. – Connaître son passif avant de commencer toute histoire c’est primordial – Pourquoi ? Votre cœur a besoin de place pour aimer pleinement. Savoir panser ses plaies et comprendre la situation permet de mieux tourner la page. On ne remplace pas une personne par une autre : Ceci reste une erreur grossière et vous risquerez de le regretter par la suite. Accordez-vous du temps !

Envie de plaire :

Une société de consommation qui vous a encré dans la tête que vous devez rentrer dans des normes pour plaire. Vous devez avoir un profil type pour séduire en l’occurrence un profil de mannequin (pour vous mesdames) et quant aux hommes, il faut être musclé… – Les autres, me direz-vous ? – Eh ben… Silence. En cela, réside une erreur, restez-vous-même et plaisez-vous à vous-même.

Remplissez votre beauté d’âme de sincérité et sérénité et croyez-moi votre charme se lira à travers votre regard et votre état d’être. Ce qui est attirant en l’amour aussi et surtout le côté mystérieux et imprévisible. Les choses impossibles, c’est de croire à la femme parfaite ! A l’homme merveilleux. Paradoxalement pour trouver l’amour (le vrai) il faut réussir à se détacher de tous ses préjugés, de toutes ses normes.

aurore 2Garder le mystère :

Ne pas se livrer au premier rendez-vous ! – Sachez dévoiler progressivement votre être. Ne dites pas tout sur vous, laissez un peu de flou. Ecouter les projets, les envies, apprenez à le/la connaître, n’imaginez pas que vous allez l’emballer dans votre lit. Soyez patient (e) !

A travers le processus de séduction, il est dit que les hommes sont trop excessifs. – Soyez humble et gentleman – Fleurs, chocolats, cadeaux, mais pas dans l’excès. – Les femmes ont besoin de rêver, de féerie, d’imaginer donc n’inventez pas un rôle qui ne vous appartient pas.

La séduction

La Séduction est une beauté d’âme…

La femme parfois se doit faire des efforts pour être : Être elle, être vue, être admirée, être une séduction sans être dans la provocation…- La difficulté est venue : Comment peut-on décrire la provocation ? – Ne serait-il pas du jugement ?photo de cricri oiseau

Le Tao parle de beauté d’âme : Quelle est la différence ? – Comment naît cette émotion ? Et, surtout, comment entretenir cette émotion à travers le temps et les crises inévitables de la vie à deux ? Quelles sont les étapes de la séduction et comment faire en sorte que cette séduction puisse durer ?

Connaître l’objectif : – L’objectif de la séduction est d’attirer l’attention d’une personne par tous les moyens possibles afin d’en prendre le contrôle émotionnel et s’assurer ainsi une source de plaisir. – Le plaisir de poser son regard et être admiré…

Le monde change : – Le guetteur ou chasseur n’est pas nécessairement celui que l’on imagine. Vous ne me croyez pas, messieurs ? Essayez donc de séduire une femme qui ne veut pas être séduite et vous verrez qui possède le pouvoir dans ce processus de séduction. La femme sait ce qui attire et parfois cela l’ennuie.

Déroulement : – Quelles sont-elles ces fameuses étapes ? Il faut savoir attirer l’attention de la personne que l’on veut séduire. Partout, les femmes vont mettre en valeur leurs charmes physiques, les hommes, leur puissance et leurs richesses ; les deux le font de façon plus ou moins ostensible, dépendant des normes culturelles. Les hommes paradent, les femmes provoquent ? Mais, peut-on dire que c’est de la provocation ? Les hommes recherchent la fertilité, les femmes, la sécurité.

La beauté (le Tao) : – Même sur la route de l’enfer, les fleurs peuvent vous faire sourire. Elles sont fragiles, éphémères, absolues. Personne ne peut altérer leur nature. Bien sûr, vous pouvez aisément les détruire, mais vous ne gagnerez rien, on ne peut les forcer à se soumettre à votre volonté. – Les fleurs éveillent en vous l’instinct de les protéger, de les apprécier et de leur donner un abri. Ce monde est trop laid, trop violent. Il doit bien exister quelque chose de délicat à chérir et admirer. Agir ainsi, c’est s’élever au-dessus de la brute et aller vers le raffiné. – Si cette beauté est légère, c’est encore mieux. La vie elle-même est fugitive. La métaphore du Tao ne se trompe pas… La fleur est une femme.

La séduction : – La séduction est un jeu subtil où tous les coups ne sont pas permis. Sourire, gestes, regard, tenue… les atouts pour séduire un homme dépassent de loin la seule beauté physique. Il faut en prendre conscience, en cela le Tao parle de la beauté d’âme. « Que dirait l’aveugle face à la beauté physique ? » … -Le regard séducteur : – Si le regard intrusif de l’homme rencontre le regard réceptif d’une femme, se produit alors une étincelle remplie de promesses. En êtes-vous certain ? Si vous retirez le jugement de l’autre, si vous restez neutre sans l’imaginer dans votre lit … (Sourire) si vous êtes vous-même, vous remarquerez que sans parole et communication, la femme restera un mystère à vos yeux.karine ska 5

La pensée de la femme : – La femme adore que l’homme pense à elle. C’est une fierté typiquement féminine que d’être capable de créer une émotion magnifique et inoubliable chez l’homme qu’elle fréquente. La femme veut rendre amoureux l’homme. – En cela, elle doit rester imaginative et être dans la créativité perpétuelle. Ne pas se laisser aller sur un acquis.

L’art de la séduction : – La femme timide. Cette dernière est une rêveuse possédant une sensibilité exacerbée. Elle cherche avant tout une relation stable où la bienveillance est de rigueur. Cependant, il est difficile de connaître la timide car celle-ci s’auto-dévalorise ce qui la rend peu bavarde lorsqu’elle doit parler d’elle-même. – L’estime de Soi est une approche qui peut résoudre ce frein qui vous empêche d’avancer. La femme intello, quant à elle, adore parler et débattre sur n’importe quel sujet. Vous devrez donc lui prouver que vous avez confiance en vous et que vous ne craignez pas les conflits. N’hésitez pas à donner votre avis tout en acceptant son opinion si celui-ci est contraire au votre.

Et si vous restez tout simplement, vous-même. – Préférez-vous une femme belle, brillante ou sensuelle ? Les hommes beaux sont-ils sains ? Faut-il savoir faire de l’humour à une femme ?

La séduction provoquante : – Elle est consciente de son attirance envers les hommes, et abuse de son pouvoir, même si parfois elle le nie. Souvent elle dit n’avoir aucun attrait, se croire moche, mais ce n’est qu’un mensonge destiné à se positionner. – Est-ce vraiment utile ? Le plus important, elle donne des signes d’intérêt souvent disproportionnés par rapport à ceux dont une femme a besoin pour provoquer l’intérêt d’un homme. Une femme « normale » ne donnera jamais plus de signes que le minimum nécessaire pour déclencher l’intérêt d’un homme.

 

L’accompagnement

Le Coaching : L’accompagnement de l’autregaicha

Vous avez des questions ? Je tenterai de vous répondre sur mon approche.

La toute première ressource est l’écoute authentique (écouter et entendre), qui demande qualité de présence, compréhension, patience et respect de l’autre sans jugement.

Cette qualité d’écoute est très difficile : elle demande un grand travail sur Soi. En effet, elle implique de ne pas réagir selon des schémas habituels que sont l’empathie. – Que se passe-t-il le plus souvent ? Si une détresse vient à s’exprimer devant soi ? Vous essayez tout de suite de le calmer par des paroles rassurantes. – Vous perdez le sens de votre approche. La compréhension implique une neutralité. -L’obstacle à la qualité de cette écoute est la peur d’être envahit par la souffrance de l’autre…

La deuxième ressource est le décodage de la demande : L’accompagnement n’est pas de l’assistanat. Accompagner la formulation de la demande et de l’objectif à atteindre. Mieux vaut prendre le temps d’explorer pas à pas où il en est dans sa prise de conscience.

Quand le discours est peu cohérant, cela ne veut pas dire qu’il n’a pas de sens. – Deux approches peuvent être utilisées : La première : Tenter de faire revenir à la réalité. La deuxième : Comprendre la racine (le passé) afin de mieux aborder le présent…

L’intonation : le ton de la voix doit être bienveillant. – Le contenu : les mots employés doivent être clairs ; les phrases courtes, le vocabulaire.

Jardin-de-la-Zen-attitude-a18762141Les piliers du savoir :

Panser le passé : – Approche Taoïste : Cette quête inconsciente risque de survenir plus particulièrement dans les moments d’excès de stress, de souffrance physique ou morale. C’est pour cela que cette approche accompagne et permet de grandir. – Prise de conscience : La compréhension que la personne doit  arriver à s’aider (elle-même). S’aider soi demande d’être clair avec ses motivations profondes. –C’est savoir puiser dans ses ressources internes, celles du corps.

La compassion : Lié souvent à l’empathie mais aussi de souffrir avec. La compassion est ce sentiment fort qui naît de la rencontre et de la mise en résonnance avec une personne qui a mal. C’est se montrer sensible… –Être Soi = ne pas être l’autre. Eviter d’être ainsi est votre meilleure arme. Vous devez être neutre et de ne pas vous confondre en l’autre.

La créativité : Vous possédez tous une ressource de créativité : Elle peut être endormie ou  par manque d’inspiration. La créativité spontanée, généralement instinctive, peut être stimulée. Pour cela, il ne faut pas fuir ses peurs, mais les explorer. C’est en effet derrière elles que se cachent la liberté et la créativité.

Ecouter l’autre : Être vraiment à l’écoute de l’autre n’est pas chose facile. Avez-vous déjà fait cette constatation ? Qu’importe le message, parfois il vous arrive de réagir au quart de tour. Votre ressenti, votre expérience, votre jugement, … Laissez l’autre s’exprimer jusqu’au bout, respecter ses silences sans les interrompre.

L’ancrage : C’est la volonté, le calme, la confiance en Soi… Changez ses idées quand vous n’êtes pas bien. Activez vos ressources intérieures – Création d’une scène d’un futur positif – En tenant ton ancre tout en vivant la scène…

S’aimer soi-même : L’un des aspects les lancinants de votre mal-être est son caractère répétitif. Avoir confiance en soi est la première étape, … – Apprenez à vous aimer vous-même en prenant du temps pour vous-même. La relation est une étape de votre vie, vous devez la comprendre et la considérer.

La méfiance : L’obstacle peut provenir de personnes qu’il vous serait impossible de qualifier d’ennemies. Vous avez parfois tendance à appeler « Amis ». La peur d’être abandonné par eux… Cette peur se présente souvent sous forme inversée : Ne pas se détacher et restez soi-même.

Être Soi

L’Histoire de la Zen attitude :

automne rougeEst-ce un mythe ou une trouvaille des occidentaux ? Historiquement, on peut dire que le ZEN  est né en Chine au VIe siècle. Mais, on l’oublie souvent, sa véritable source remonte au Bouddha lui-même…

Esprit libre, environnement libre, dit l’une des plus célèbres maximes zen. Mais, l’inverse est tout juste, tant il est vrai que l’environnement influe de manière évidente.

Interrogations :

Pour un bon équilibre de Soi… – C’est cette interrogation qui est le point de départ, et non celle-ci : De quoi ai-je envie ? Pourquoi ? Parce que, dans ce cas, nous ne sommes plus maîtres de nos désirs.

L’authenticité :

« Tenez-vos engagements et montrez-vous comme vous êtes et vous vous sentirez invulnérable » Confucius

Montrez-vous tel que vous êtes. Au début, c’est un peu difficile, mais on s’y fait très bien et plus on progresse plus la sérénité s’accroît. – Ne cherchez pas à donner de vous, une autre image que ce que vous êtes vraiment. – Sachez partager vos idées et vos émotions, mais libérez-vous du besoin qu’on vous approuve ou qu’on vous admire.

La Quête du sage du Tao :

Cette quête est d’harmoniser, dans chacun de ses instants de vie, sa vie intérieure et tout ce qui l’entoure et, par-delà, avec le tout et le tout du tout. – Harmonie immédiate et parfaite, dans l’ici-et-maintenant. – Harmonie dans l’instant et l’harmonie de l’instant. Tentons d’expliciter. – Chaque instant doit être parfaitement harmonieux en lui-même, comme un joyau. Mais chaque instant doit aussi être parfaitement harmonieux avec tous les autres instants passés.

S’accomplir soi, en soi, et s’accomplir soi dans le tout. Deux facettes inséparables. – Invitation au dépassement, au détachement ainsi va la sagesse du Tao… – Harmonie intérieure, en Soi. Harmonie avec le tout d’autour de Soi. Harmonie entre l’en soi et l’autour de Soi, entre intérieur et extérieur.

Développement harmonieux : Accomplissement personnel, grandir, se déployer, s’épanouir. – Devenir esclave des autres, du paraître, du jugement et du regard de l’autre, c’est renoncer à son propre accomplissement. – Négliger l’extériorité : – C’est devenir esclave de ses caprices, de ses envies, de ses pulsions, c’est sombrer dans l’égotisme…

Celui qui possède le Tao ne veut être rien par lui-même ; il est un transmetteur, un traducteur, un révélateur. – La sagesse n’écrit pas par désir intérieur, mais pour répondre à un besoin extérieur, parce que le Tao l’exige, parce que la situation des hommes le réclame.

colibriLe style taoïste : – Naturel, spontanéité, simplicité, frugalité… – La sagesse du Tao, à l’instar de la philosophie grecque. – « Si un matin vous trouvez la voie, vous pouvez mourir content le soir même » Confucius

Prenez le temps de ressentir, soyez vous-même en chaque instant. – En reconnaissant les limites de votre temps, de votre énergie et de vos compétences, vous éviterez d’être emporté par une lame de fond contre laquelle il ne sert à rien de lutter, ou de faire croire à l’autre que vous avez un pouvoir supérieur à la réalité.

L’art d’être simple :

Prenez rendez-vous avec vous-même. Inscrivez votre prénom sur votre calendrier cette semaine et prenez au moins une heure pour faire tout ce dont vous aurez envie du moment qu’il ne s’agit ni de travail, ni de courses, ni de tâches domestiques routinières. – Accordez-vous le temps de souffler davantage entre vos différentes obligations. Au lieu de vous précipiter d’une activité à l’autre, aménagez-vous des temps d’évasion pour vous détendre et rassembler vos idées.

Simplifier : Rend plus créatif – Il peut vous paraître étrange de prévoir des périodes de temps non structuré dans votre emploi du temps, mais ce sont des ressources naturelles essentielles. Les artistes, les créatifs et les inventeurs le savent, l’inspiration surgit avec le temps libre.

Corps et émotions sont intimement liés. En travaillant avec la sagesse de votre corps, vous accédez à une meilleure compréhension de vous-même, vous apprenez de vos peurs non seulement sur les pistes de vie mais face aux défis quotidiens de l’existence. Prendre conscience, c’est prendre le pouvoir. En prêtant davantage attention à vos réactions et en mettant en œuvre les stratégies.

« Ne vous engagez dans l’action qu’avec un objectif défini. – Ne vous pressez pas, mais ne cessez pas de progresser jusqu’à l’objectif que vous vous êtes fixé. » Confucius

Compréhension

L’empathie est un leurre

bateau zenDifficile de commencer un titre ainsi, n’est-ce pas ? Il est temps selon moi de s’attaquer à un mythe. Quand vous regardez un journaliste qui interroge un député, il lui demande souvent de se mettre à la place de … 

L’empathie est prônée par de nombreux spécialistes de l’aide et de la communication. Pourtant, dans le même temps, ces mêmes professionnels de la communication invitent souvent à trouver la bonne distance, à ne pas trop s’impliquer, à ne pas mettre d’affectivité.

Ceci nous donne un ensemble d’informations ambiguës car contradictoires: « Se mettre à la place de l’autre génère forcément de l’affectivité ! Garder ses distances conduit forcément à ne pas comprendre l’autre. »

Cela produit des discours maladroits où l’on entend qu’il faut comprendre, écouter, humaniser (car on sent bien qu’il est urgent de progresser sur ce point) mais en même temps qu’il faut ne pas trop s’investir et garder ses distances (car il faut aussi prendre soin de soi, éviter le stress, l’attachement)

Tout cela est un peu vrai.. Et aussi, en même temps, très faux. Il s’agit de concepts mal précisés. Même de nombreux professionnels s’y embrouillent. Ils en ont certainement l’intuition mais cela reste confus et les ballotte dans une oscillation entre trop et trop peu » Indique un spécialiste

Pour vraiment comprendre l’autre

L’illusion du miroir

Écouter l’autre pour se mettre à sa place (tout en restant soi-même) est un leurre. Se mettre à la place de l’autre, ne peut permettre de le comprendre.

Cela fait penser à Narcisse qui, voyant son image se refléter dans la fontaine, croit voir une autre personne et en tombe amoureux. Puis, dans sa stupéfaction il en oublie même de boire et meurt de soif devant sa fontaine. Il fut alors transformé en la fleur « Narcisse » dont l’étymologie nous ramène au grec narké qui a donné narcose. La fleur était reconnue comme pouvant endormir même les divinités (Dictionnaire Larousse de la mythologie grecque et romaine de Joël Schmidt)

Celui qui s’adonne à l’empathie ne fait que du narcissisme relationnel. Croyant accéder à une compréhension de l’autre, il ne voit que lui-même… et encore! Il ne voit qu’une image erronée de lui-même. En effet, si plus tard il vit une situation équivalente à celle de son interlocuteur d’aujourd’hui, il vivra une expérience très différente de ce qu’il avait imaginé.

Plutôt s’ouvrir sans se mettre à la placeHuman head silhouette with focus on the brain

Se mettre à la place de l’autre est un « jeu » compliqué et dangereux. L’autre s’y sent incompris (ça peut même le rendre agressif… ou déprimé!). Quant à nous, nous croyons l’avoir compris et nous ne saisissons que de l’illusion… ce qui en découlera sera donc inadapté. En plus nous nous chargeons d’un poids qui ne nous appartient pas en tentant de « ressentir » ce que vit l’autre.

Nous pouvons faire beaucoup mieux en nous ouvrant simplement à notre interlocuteur.

Plutôt que de nous mettre à sa place, nous pouvons mettre du soin à l’entendre exprimer ce qu’il ressent, pense, ou vit à la place où il est. En laissant notre imaginaire et nos hypothèses de côté, nous pourrons mieux le comprendre. (Thierry TOURNEBISE)

Que dit : « Confucius » : Etre capable de méditer ses faiblesses pour s’efforcer courageusement de les corriger, tel est le courage véritable que recommandent Confucius et ses émules. Mettre son oreille à l’unisson, c’est entrer en résonance avec le monde et tous les humains qui le peuplent: c’est la compréhension et la tolérance parfaite.

Comprendre est un art, il implique une neutralité et une écoute sans jugement. En cela, engage  deux phases d’approche. Posez-vous cette simple question : « Êtes-vous en phase avec vous-même ? » Si « oui » gardez cette attitude de neutralité et essayer après une reformulation, de répondre en soumettant minimum deux approches afin de laisser la personne maître de son choix. Si « non » il ne faut pas hésiter à le dire et reporter l’échange.

Si vous souhaitez me rencontrer pour échanger sur ce domaine, n’hésitez pas.

La Femme

 

  • La femme :

photo de cricri aurore 2Qu’importe son orientation, la femme est une femme et en cela, on se doit être attentif et la comprendre. Certains poètes (dont moi) disent que la femme est Muse, une inspiration, une énergie, un calme, une romance…

Pourquoi un module sur la femme ?

On dit que pour comprendre une femme, « il faut se lever tôt » – Je ne serai dire mais je pense plutôt qu’il ne faut pas hésiter à prendre du temps pour l’écouter et la comprendre. Un tel module permet de dessiner les courbes sans rien oublier, enfin la femme devient une approche qui peut servir à la fois à elle-même et aux hommes.

    La femme et la confiance

La femme éprouve beaucoup de difficultés à se fier à son propre jugement, alors qu’elle peut faire preuve d’une surprenante perspicacité à cause de ce manque qui la pousse souvent à tout examiner, à tout analyser et à percevoir des choses que les autres ne percevront pas.

Son manque de confiance l’invite à se protéger de tout ce qui, de son point de vue, sont perçus comme autant de dangers ou d’agressions potentiels.

Ce qui, aux yeux d’autrui, paraîtra sans importance revêtira pour elle un sens particulier à quoi elle donnera une attention parfois exagérée. Elle se perdra bien souvent dans des détails qui lui feront perdre toute perspective générale de la situation.

Comment en effet construire une vie heureuse et épanouissante lorsque l’on n’a pas confiance en soi ? Comment réussir sa vie, dans tous les sens du terme, lorsque le doute de soi règne en maître et que la vie est dirigée par les « instances négatives » ?

Difficile en effet mais rien n’étant immuable en ce monde, pas même le manque de confiance en soi, il est possible avec un peu de bonne volonté appuyée par une ferme décision de se libérer de ce manque et les moyens appropriés de remédier à ce terrible problème.

Certaines femmes :

Ont besoin de l’autre pour avoir confiance en Soi. – Est-ce normal ? « Je ne pense pas »… Elle doit se rassurer, établir un chemin… La personne qui manque de confiance en soi est comme un pauvre qui réclame de la nourriture alors qu’il est assis sur une salle rempli d’or.

On pourrait bien sûr s’attacher aux raisons qui ont amené la femme vers ce manque de confiance en elle, mais il me semble plus habile et bien plus efficace d’aider la femme à se rendre compte de ses richesses personnelles de manière à ce qu’elle perde toutes raisons de ne pas s’accorder à elle-même cette saine confiance en elle.

La femme doit apprendre à s’aimer :

« L’image que vous avez de vous commence d’abord par le corps. Vous ne communiquez pas avec les autres seulement avec votre voix mais aussi avec votre corps. Sans le savoir, vous envoyez aux autres quantités d’informations qui passent pour la plupart du temps sous le seuil de la conscience mais qui néanmoins influencent votre vis-à-vis dans sa propre attitude. »

Se Tenir :

Vos tensions, vos peurs, vos émotions, même si vous les réprimez, s’expriment à travers toutes vos mimiques, vos tensions et vos postures, et c’est bien connu « rien ne se voit plus que ce que l’on cherche à masquer ».

Votre vis-à-vis même s’il n’en est pas conscient lui-même capte toutes ces informations que vous-même inconsciemment vous lui transmettez. Vos échanges avec les autres ne sont pas seulement conscients mais aussi pour une grande par très inconscients. – Vous devez être en harmonie avec vous même

La femme et la beauté :

Certaines femmes s’inquiètent de la façon dont l’égalité entre les femmes et les hommes, la condition féminine en général (injustices, inégalités et violences) sont traitées dans les médias et dans la vie de tous les jours. Elles s’interrogent aussi sur les représentations de la femme et les stéréotypes que l’on peut y trouver.

La femme est constante recherche de son bien-être, du regard qu’on peut poser sur elle, sur son aspect extérieur et intérieur, …

L’aspect extérieur : « Dit moi que je suis … »

L’obligation de minceur qui n’a cessé de s’imposer de plus en plus impérativement au fil du siècle. Elle demeure, obstinément, envers et contre toutes les tentatives de protestation, pas seulement c’est aussi une frustration, les magazines, la télévision, son ami, son amant, tous responsable du regard qu’elle peut poser sur elle,  le seul critère incontournable de beauté, la seule preuve absolue de féminité ? – Peut-on être certain de cela ?

La tendance actuelle est de rester naturelle. « C’est mon idée, …! » Du moins, faut-il avoir le look « nature », sans pour autant se débarrasser de tous les produits de soins et maquillage. La beauté naturelle, due à son patrimoine génétique, doit être aidée par les produits cosmétiques.

karine ska 7Le miroir est devenu un ami ou un simple reflet ?Comment le naturel peut-il souffrir les artifices ?

Tout l’art du maquillage consiste justement à être maquillé sans que cela se voit, rester simple tout en paraissant être une reine de beauté.

Que dit le prophète : Khalil GIBRAN, à ce sujet : « Et un poète dit, Parle-nous de la Beauté.

Et il répondit :

Où chercherez-vous la beauté et comment la trouverez-vous, si elle n’est elle-même votre chemin et votre guide ? Et comment parlerez-vous d’elle, si elle n’est le fil qui tisse vos paroles ?

Les affligés et les stigmatisés disent, « La beauté est bonne et douce.

Comme une jeune mère intimidée par sa propre gloire, elle passe parmi nous. »

Et les passionnés disent, « Non, la beauté procède de la puissance et de la terreur.

Comme la tempête elle secoue la terre sous nos pieds, et le ciel au-dessus de nos têtes. »

Et les fatigués et les las disent, « La beauté est faite de doux murmures. Elle parle en notre esprit.

Sa voix cède à nos silences, comme une lumière à peine visible qui vacille dans la peur de l’ombre… »

Alors, si nous revenons à nos petits moutons !! La femme se pose cette question à son levé : « comment va-t-elle paraître ? – Est-ce aussi important ?

Elle crée son propre modèle, reflet de sa personnalité, a un regard bienveillant sur elle-même,… Son aspect deviendra le reflet de son âme du moment.

Comment peut-elle paraître comme une véritable émotion ? Sera-t-elle comme une magnifique rose ou une vision d’elle-même ? Naturelle ou sophistiquée ? Maquillée ou élancée ?

Agir pour faire durer sa beauté. Être en accord avec soi-même : image de soi et âge ressenti.

Merci à Karine ska et Karine Sylvain.