Le Mieux Vivre Ensemble

Vivre ensemble, une notion plutôt familière dans les centres de loisirs, dans les relais jeunes, centres sociaux, dans les séjours de vacances mais finalement bien complexe !

« Qu’est-ce que le vivre ensemble dans un accueil collectif de Mineurs ? » D’une manière générale, ce vivre ensemble est apparu aux participants comme une dimension incontournable de l’éducation à la citoyenneté. Pourtant c’est aussi un « état de fait » : dans un accueil collectif de mineurs, qui est une collectivité d’enfants et d’adultes, on « vit ensemble », cela va de soi ! Le « vivre ensemble » est donc le plus souvent abordé de manière implicite, même si quelques initiatives montrent une prise de conscience de l’intérêt d’anticiper pour prévenir certains comportements.

Alors, qu’est-ce que vivre ensemble ou plutôt bien vivre ensemble dans un accueil collectif de Mineurs ?

C’est tout d’abord le climat de « bonne humeur et de convivialité » qui règne dans cet ACM. Cela concerne tout autant les enfants, les animateurs, la direction, les personnels techniques, les parents…

Mais c’est aussi un ensemble de difficultés à gérer qui résultent de l’exercice quotidien du vivre ensemble : partager les espaces, supporter les autres, accepter les différences, gérer les relations entre les personnes, sans omettre les difficultés à communiquer (problèmes de langage) et à gérer les conflits petits ou grands. Enfin, c’est indéniablement un moyen de permettre, de compléter des apprentissages sociaux indispensables pour les enfants et les animateurs. Être attentif à la souffrance silencieuse et parfois invisible (violences et maltraitance).

Cependant, une question récurrente est apparue : « comment agir auprès des enfants, quand les animateurs eux-mêmes ne possèdent pas certaines compétences sociales » ? Vivre ensemble c’est aussi l’occasion de formuler de manière explicite des objectifs pédagogiques particuliers et de mettre en place des actions pour apprendre à construire avec d’autres, à développer la solidarité, la coopération, à exprimer son point de vue, à maîtriser ses sentiments, ses émotions (jalousie, frustration…), à travailler sur soi (savoir dire les choses, savoir recevoir les choses qu’on me dit), à agir avec d’autres.

Sommes-nous tous concernés par le vivre ensemble ?

La gestion du « vivre ensemble » est perçue comme un facteur déterminant de la qualité. Cette gestion doit concerner les enfants mais aussi les animateurs. Beaucoup de facettes différentes sont repérées : la qualité relationnelle, la manière de gérer les conflits, l’existence du respect, de l’acceptation des autres mais aussi de soi-même (valorisation, estime de soi, confiance en soi) la prise de responsabilités, la capacité à donner son avis, à participer, à choisir…

C’est la toute la différence !! La confiance en Soi, l’estime de Soi es primordial avant de s’engager dans ce métier. Sa perception n’est pas de se dire, « on est en vacances » mais de faire en sorte que les jeunes puissent être acteur de leurs vacances et nous en sommes « serons » les réalisateurs.

Le vivre ensemble dans les activités :

Vivre ensemble des activités : – Vivre ensemble sereinement des activités, des situations de jeux. Apprendre à perdre sans haine, à gagner sans écraser, à coopérer pour gagner, à faire des choix, à élaborer des stratégies collectives de jeux. L’esprit de compétition certainement mais pas au détriment de l’autre. – Trouver sa place dans le groupe et respecter celle des autres. Apprendre à partager des espaces de jeux, des objets… Apprendre à négocier, à faire respecter ses droits et à respecter ceux des autres. – Vivre des projets Apprendre à agir collectivement (collecter les idées, discuter, décider, réaliser…), à prendre sa part de responsabilités dans une action collective, à décider collectivement (accepter que son idée ne soit pas majoritaire).

Gérer les conflits Apprendre à percevoir, à maîtriser et à exprimer ses émotions. Savoir régler un conflit sans violence. Apprendre et s’entraîner à la médiation. Savoir prendre du temps – du recul pour bien analyser avant de critiquer. – La formulation doit être sereine et attentive pour faire évoluer l’autre à reconnaître son erreur.

Accepter les différences Apprendre à accepter les différences au quotidien : Racisme – Etablir des débats sur la différence de l’autre – Est-ce une différence Notable ? Relation filles/garçon – Le respect de la fille qui deviendra femme, handicap et son intégration (peut-on parler d’intégration alors qu’il doit faire partie d’un tout ?), l’homophobie et la peur de l’autre dans ses choix de vie, …

Vivre avec des règles- Comprendre la nécessité et l’utilité de ses règles. Participer à leurs élaborations et à leurs évolutions.

Apprendre à communiquer : Savoir prendre la parole, donner son avis, même s’il est minoritaire. Savoir débattre tout en restant à l’écoute. Savoir accepter la parole de l’autre. Savoir garder une trace écrite pour s’y référer. – La mise en place d’un conseil de jeunes est primordial pour leur apprendre ce que c’est « la démocratie », la liberté de parole – Entendre et écouter…

Vous devenez en quelques sortes : Les acteurs du « Mieux Vivre Ensemble »

  • S’affirmer individuellement Développer une image positive de soi.
  • Apprendre à ne pas écraser l’autre, à vivre harmonieusement les relations avec les pairs.

C’est donc la question du lien avec le travail d’élaboration du projet pédagogique de la structure qui sous-tend cette réflexion. Ainsi, l’observation de nos réalités départementales montre que les projets pédagogiques développent beaucoup plus les aspects liés aux activités en réponse aux objectifs choisis. – Le consommable est-ce la bonne solution ? Ne peut-on pas établir un séjour avec les jeunes, prévoir le développement de Soi, l’entraide, l’environnement (Jardin citoyen ; espace potager, Atelier fabrication avec des outils « palettes de bois entre autres » ; …), le sport, L’aventure, la découverte (musée, espace culturel,), … Etre en Harmonie avec Soi avant de devenir celui ou celle qui inculque cette manière d’être.  Soyez l’artisan, soyez vous-même, c’est le seul métier « Animateur » ou le sourire devient une arme de bonne humeur

Et dans la société, est-ce identique ? Ne croyez en rien que cela soit différent, ce qui reflète dans votre entreprise, l’Education Nationale (école, collège, lycée) – avec son lot du regard de l’autre, le harcèlement moral, les premiers flirts, son lot de violence, …, les réseaux sociaux (est-ce qu’un réseau est social ? Ce mot n’a-t-il plus de valeur ? Comment peut-on prétendre de rassembler les gens tout en les enfermant ? Le souci de la société de ce jour, c’est de ne plus se poser la question du vivre Ensemble mais de ne pas se demander « pourquoi ne pas le « Faire Ensemble » ? Sommes-nous dans un monde individualiste ?

Desjardins dit ainsi : « Les hôpitaux existent non parce qu’il y a la maladie, mais parce qu’il y a la santé. Le jardinage est fondé non sur la graine, mais sur la plante qui naîtra de la graine. » – On est devenu solidaire pendant la pandémie, faut-il attendre cela pour l’être ? Les infirmières, les infirmiers tous les jours avec d’autres ont été applaudi … ; Qu’en est-il à ce jour ?

« Le plus important n’est pas les pas que je fais mais la destination que j’envisage » Eddy R.

La société évolue, l’économie, les religions, les politiques (certains parlent du Vivre Ensemble sans plus savoir ce que cela veut dire), les journalistes (Telle une recherche de la sensation, ils en viennent à perdre leur côté humain)

Avons-nous le temps de prendre du temps pour savourer, observer, analyser, admirer ? Cette société nous oblige à courir sans cesse derrière un mythe du « Vivre Ensemble en société » et aussi, surtout du bien commun. Etrange complexité c’est comme le savant mélange entre l’eau et la boue…

Le Mieux Vivre Ensemble ne va pas de Soi, il faut l’apprendre, l’imaginer, telle une nouvelle éducation qui se ferait à petit pas…

On pourrait la décliner avec plusieurs définitions qui évolueraient :

  • Valorisations des valeurs
  • Développer et favoriser la solidarité (envers les seniors, familles, …)
  • Organisation de la vie commune (rural et urbain)
  • Former à la citoyenneté et aux respects de chacun
  • Prévenir les conflits
  • Respect des cultures et des religions (sans imposer à l’autre – Remettre les vraies valeurs de la Laïcité)
  • Renforcer les convictions pour que chacun soit ou devient acteur
  • La liberté d’être Soi…