«

»

L’accompagnement

Le Coaching : L’accompagnement de l’autregaicha

Vous avez des questions ? Je tenterai de vous répondre sur mon approche.

La toute première ressource est l’écoute authentique (écouter et entendre), qui demande qualité de présence, compréhension, patience et respect de l’autre sans jugement.

Cette qualité d’écoute est très difficile : elle demande un grand travail sur Soi. En effet, elle implique de ne pas réagir selon des schémas habituels que sont l’empathie. – Que se passe-t-il le plus souvent ? Si une détresse vient à s’exprimer devant soi ? Vous essayez tout de suite de le calmer par des paroles rassurantes. – Vous perdez le sens de votre approche. La compréhension implique une neutralité. -L’obstacle à la qualité de cette écoute est la peur d’être envahit par la souffrance de l’autre…

La deuxième ressource est le décodage de la demande : L’accompagnement n’est pas de l’assistanat. Accompagner la formulation de la demande et de l’objectif à atteindre. Mieux vaut prendre le temps d’explorer pas à pas où il en est dans sa prise de conscience.

Quand le discours est peu cohérant, cela ne veut pas dire qu’il n’a pas de sens. – Deux approches peuvent être utilisées : La première : Tenter de faire revenir à la réalité. La deuxième : Comprendre la racine (le passé) afin de mieux aborder le présent…

L’intonation : le ton de la voix doit être bienveillant. – Le contenu : les mots employés doivent être clairs ; les phrases courtes, le vocabulaire.

Jardin-de-la-Zen-attitude-a18762141Les piliers du savoir :

Panser le passé : – Approche Taoïste : Cette quête inconsciente risque de survenir plus particulièrement dans les moments d’excès de stress, de souffrance physique ou morale. C’est pour cela que cette approche accompagne et permet de grandir. – Prise de conscience : La compréhension que la personne doit  arriver à s’aider (elle-même). S’aider soi demande d’être clair avec ses motivations profondes. –C’est savoir puiser dans ses ressources internes, celles du corps.

La compassion : Lié souvent à l’empathie mais aussi de souffrir avec. La compassion est ce sentiment fort qui naît de la rencontre et de la mise en résonnance avec une personne qui a mal. C’est se montrer sensible… –Être Soi = ne pas être l’autre. Eviter d’être ainsi est votre meilleure arme. Vous devez être neutre et de ne pas vous confondre en l’autre.

La créativité : Vous possédez tous une ressource de créativité : Elle peut être endormie ou  par manque d’inspiration. La créativité spontanée, généralement instinctive, peut être stimulée. Pour cela, il ne faut pas fuir ses peurs, mais les explorer. C’est en effet derrière elles que se cachent la liberté et la créativité.

Ecouter l’autre : Être vraiment à l’écoute de l’autre n’est pas chose facile. Avez-vous déjà fait cette constatation ? Qu’importe le message, parfois il vous arrive de réagir au quart de tour. Votre ressenti, votre expérience, votre jugement, … Laissez l’autre s’exprimer jusqu’au bout, respecter ses silences sans les interrompre.

L’ancrage : C’est la volonté, le calme, la confiance en Soi… Changez ses idées quand vous n’êtes pas bien. Activez vos ressources intérieures – Création d’une scène d’un futur positif – En tenant ton ancre tout en vivant la scène…

S’aimer soi-même : L’un des aspects les lancinants de votre mal-être est son caractère répétitif. Avoir confiance en soi est la première étape, … – Apprenez à vous aimer vous-même en prenant du temps pour vous-même. La relation est une étape de votre vie, vous devez la comprendre et la considérer.

La méfiance : L’obstacle peut provenir de personnes qu’il vous serait impossible de qualifier d’ennemies. Vous avez parfois tendance à appeler « Amis ». La peur d’être abandonné par eux… Cette peur se présente souvent sous forme inversée : Ne pas se détacher et restez soi-même.